back
Download App
icon 0
icon TOP UP
rightIcon
icon History
rightIcon
icon Log out
rightIcon
icon Get the APP
rightIcon
Comment(s)
View
Chapters

Chapitre 1
Est-ce que je vais mourir

Les couloirs de l’hôpital grouillait de médecins qui faisaient des vas et viens dans tous les sens. La salle d’attente était bondée de monde. Dans un coin près d’une fenêtre, Shelly observait l’extérieur à travers la fenêtre essuyant de temps en temps les larmes qui coulaient de ses yeux. Elle se sentait si seule dans cette situation, elle ne pouvait toujours pas concevoir que dans l’une des pièces d’à côté, son unique garçon, celui qui a mis de la lumière dans sa vie ces dernières années était près de la mort.

Depuis qu’elle est arrivée dans la famille Orane, elle ne s’est jamais sentie à sa place, elle a toujours été méprisée et humiliée par eux. Que dire de son époux ? Elle n’en était même pas sûre d’en avoir réellement un.

- Mme Oran…

Shelly a été sortie de ses pensées par la voix du médecin, elle s’est retournée vers lui et ce dernier a continué :

- Vous pouvez retourner dans la pièce.

Shelly a hoché la tête et est allée dans la chambre de son fils.

- Maman, tu es là ! S’est exclamé le petit garçon chauve sur le lit. Regarde ce que le médecin m’a donné, une sucette.

Shelly s’est approchée et a pris son garçon dans ses bras.

- Ah oui ! Ça c’est parce que mon petit Nathan est un bon garçon.

Elle a fait un sourire en pinçant le nez du garçon, il a frotté son nez en levant la tête vers sa mère.

- Tes yeux ont l’air enflés et rouges, tu as encore pleuré ? A demandé le petit garçon.

- Non mon chéri, ce n’est pas ça. Maman a juste eu de la poussière dans les yeux.

Nathan n’était pas stupide, il savait bien que sa maman lui mentait mais il a fait semblant de la croire.

- Maman, il est où papa ? Pourquoi n’est il pas avec toi ?

Shelly est restée stupéfaite longtemps avec la bouche ouverte sans savoir quoi dire, ensuite elle a réconforté son garçon.

- Papa sera bientôt là. Il avait une petite chose à faire pour surprendre notre petit Nathan.

Elle a dit cela juste pour calmer le garçon.

- D’accord. A répondu Nathan.

Ils ont beaucoup joué et bavarder pendant un bon moment avant d’entendre la porte s’ouvrir de l’extérieur. À ce moment, ils se sont tous deux tournés vers elle.

- Papa ! Nathan a crié tout excité.

Anrick Orane a souri à son fils. Il s’est approché et lui a caressé son crâne nu avec ses mains sans jeter un coup d’œil à la femme assise près du lit. Shelly était habituée à l’indifférence de son mari, même si cela la chagrinait, elle a fait comme si de rien n’était et a continué à observer l’interaction père-fils devant elle.

Au bout d’un moment, le petit garçon a demandé :

- Dis papa,

Sentant le sérieux de son fils, Anrick a arrêté le jeu et l’a regardé.

- Oui qu’est ce qu’il y a ? A-t-il demandé.

- Est-ce que je vais mourir ?

Anrick s’est tourné pour regarder froidement Shelly qui était paniquée puis il s’est retourné vers son fils ; sa froideur s’est envolée laissant place à la tendresse.

- Bien-sûr que non mon grand. Qui t’a dit une absurdité pareille ?

- Eh bien… Je suis ici à l’hôpital depuis plusieurs mois déjà, avec tous ces traitements mon état ne s’améliore pas et je me sens si faible chaque jour qui passe.

- Ne pense pas à cela, mon fils est un homme fort, tu iras mieux bientôt.

Anrick a un peu joué avec son fils et lui a dit au revoi

r. Quand il sortait, sans la regarder ni s’arrêter, il a ordonné à Shelly :

- Suis-moi.

Shelly a suivi son mari sans se plaindre. Ils se sont arrêtés dans la salle d’attente à l’endroit où la femme était placée quelques minutes plus tôt.

- Quelle stupidité as-tu encore raconté à Nathan ? Anrick a demandé.

- De quoi tu parles ?

- Pourquoi pense t-il qu’il va mourir ? Pourquoi lui as-tu dis cela ?

Shelly s’est mise en colère et lui a furieusement lancé :

- Parce que tu penses que c’est moi qui lui ai dit cela ?

- Qui d’autre cela pourrait-il être ?

- Tu penses que ton fils est stupide et ne se rend pas compte qu’il est au plus mal ? Tu es si stupide Anrick, encore plus que je ne le croyais.

Anrick a saisi fortement le bras de Shelly et l’a menacé.

- Tu ne me parles plus jamais ainsi si non je te jure…

- Si non quoi ? Shelly l’a interrompu. Tu vas me forcer à coucher avec toi ? Tu vas me crier dessus devant mon fils ? Quoi ?

Shelly n’avait jamais eu le courage d’hausser le ton à son mari avant ce moment là.

- Cela fait deux jours que tu n’es pas passé à l’hôpital regarder ton propre fils, tu as préféré dormir avec ta maîtresse et tu oses venir ici aujourd’hui me reprocher de parler à mon fils ? Pour qui te prends-tu ?

Anrick a regardé autour de lui, il s’est rendu compte que les passants les observaient et a lâché le bras de Shelly, il est ensuite parti de là. Quand Shelly est retournée dans la salle de son fils, il a remarqué que les magnifiques traits du visage de sa mère avaient été entachés par sa mauvaise humeur.

- Maman, qu’est ce qui ne va pas ? Nathan a demandé à Shelly.

- Rien chéri, rien.

Shelly a essayé d’ajuster son humeur.

Nathan connaissait la relation difficile de ses parents, depuis son enfance il les a toujours regardé se disputer et se battre parfois. Il espérait au fond de lui qu’ils trouveraient un jour le moyen de vivre heureux tous les deux même s’il n’est plus là.

Plus tard Nathan s’est endormi.

Après avoir quitté l’hôpital, Anrick est rentré à la maison pour se changer. Quand il est entré au salon, sa mère Tina Orane y était assise avec sa sœur Erica Orane, lorsqu’elle l’a remarqué passer la porte, Tina a directement demandé :

- Anrick ? Tu es passé à l’hôpital ?

- Oui. Il répondu froidement en montant les escaliers.

- Comment va Nathan ? Erica l’a interrogé.

- Pas très bien

- Cette stupide Shelly est vraiment incapable, elle ne sait même pas prendre correctement soin de son propre fils. Tina a marmonné.

Anrick a lancé un regard glacial à sa mère et a continué son chemin.

Dans la salle d’hôpital de Nathan, Shelly l’a regardé dormir et ne pouvait s’empêcher de se demander comment sa vie sera après le départ de son fils ? Qu’en sera-t-il de son mariage ? Il était la raison pour laquelle elle s’était mariée dans la famille Orane. Bien qu’à cause de cela elle n’a pas pu aller à l’université, elle était heureuse d’avoir son fils qui était son plus grand trésor, il lui a apporté beaucoup de joie ces dernières années. S’il disparaissait, restera t-elle toujours dans cette famille qui la méprise tant ? Aura-t-elle la force nécessaire pour continuer à vivre ? Elle n’avait pas de réponse à ces questions qui hantaient son esprit.

Comment(s)
Download Book