back
Download App
icon 0
icon TOP UP
rightIcon
icon History
rightIcon
icon Log out
rightIcon
icon Get the APP
rightIcon
Comment(s)
View
Chapters

Chapitre 1
Une princesse en détresse

Le point de vue de Jennifer :

« Jennifer, salope ! Où est passé mon collier de perles ? », a crié Barbara de l'autre côté de la porte.

Surprise par sa voix, je me suis dépêchée de remettre le collier de perles dans la boîte en bois et de la cacher sous l'oreiller.

À peine m'étais-je redressée du lit que la porte en bois de la chambre a été ouverte d'un coup de pied. Barbara y a fait irruption avec un groupe de loups-garous, suivie de Luna Debra, dont le visage était recouvert d'une épaisse couche de fond de teint, malheureusement pas à même de cacher les rides aux coins de ses yeux.

Ces deux femmes s'habillaient avec extravagance, comme si leur intention était d'exhiber tous les bijoux qu'elles possédaient dans une seule tenue.

« Luna Debra, Mlle Barbara, que puis-je faire pour vous ? », ai-je demandé poliment, les saluant comme d'habitude avec un sourire amical.

« Jennifer, où est le collier de perles que je porte habituellement ? », a grogné Barbara, m'attrapant par le col et me regardant fixement. « Sale garce ! C'est toi qui nettoies ma chambre. Où est passé mon collier de perles préféré ? Je ne le trouve nulle part. L'aurais-tu volé ? »

« Mlle Barbara, je n'ai rien pris dans ta chambre. Tu ne peux pas m'accuser sans preuve », ai-je répondu patiemment sur un ton qui n'était ni humble ni arrogant.

« Espèce de salope sans vergogne ! Comment oses-tu me répliquer ? Tu veux des preuves ? Trouvons-en sur le champ ! », a craché Barbara, me poussant en arrière. Puis, elle s'est tournée vers les loups-garous venus avec elle et leur a ordonné de fouiller ma chambre.

Ma petite chambre miteuse a rapidement été mise sens dessus dessous. La vieille couette du lit a été jetée au sol et à grands coups de pied, la petite table en bois ainsi que le tabouret ont été renversés. Le pire a été de devoir regarder Barbara marcher sur ma couette avec ses talons coûteux. Elle a même ramassé la bouilloire à moitié vide au sol et a versé de l'eau sur la couette. On aurait dit qu'elle profitait de l'occasion pour évacuer toute sa colère.

J'ai essayé de garder un visage inexpressif tandis que les ruffians transformaient ma chambre en capharnaüm, mais la rancœur s'est emparée de mon cœur et s'est infiltrée dans mes yeux.

« Comment oses-tu me regarder avec hostilité ? Tu vas souffrir quand je trouverai le collier ! », a crié Barbara en enfonçant plus profondément ses talons dans ma couette.

J'ai serré les poings pour réprimer ma colère et je l'ai ignorée. Après quelques secondes de plus à regarder les loups-garous saccager toutes mes affaires, je n'en pouvais plus. « Arrêtez ! Je n'ai rien volé. Pour quelle raison faites-vous cela ? », ai-je crié.

« Pour quelle raison ? C'est simple. Je suis la fille du Beta, tandis que tu n'es qu'une esclave, une ordure méprisée par tous ! » Barbara s'est moquée de moi.

« Tu n'es pas de la classe des nobles. Tu n'es rien d'autre qu'une orpheline adoptée par la Luna », lui ai-je craché en réponse.

Avant leur mort, les parents de Barbara étaient des amis proches de Luna Debra. C'était pour cela que cette-dernière avait pris Barbara sous son aile. En termes de lignée, j'étais beaucoup plus noble que Barbara. J'ignorais vraiment ce que j'avais fait pour l'offenser. Depuis le début, elle m'avait toujours détestée, me créant des problèmes en public comme en privé.

À ce moment-là, une louve a renversé mon oreiller, faisant tomber la petite boîte en bois.

« Non ! » J'ai couru pour attraper la boîte en bois. Mais juste au moment où j'allais la toucher, Barbara a marché sur le dos de ma main. Son talon a creusé dans ma peau, faisant couler le sang. Je n'ai pas pu m'empêcher de grimacer à la douleur aiguë.

« Salope, c'est quoi l'urgence ? Pourquoi tiens-tu tant à cette boîte minable ? Tu dois bien y cacher quelque chose », a ricané Barbara.

Une louve a ramassé la boîte en bois et la lui a tendue. Barbara a ouvert la boîte en bois, révélant le collier de perles qui s'y trouvait.

Je voulais me lever, mais Barbara a enfoncé son talon plus fort dans le dos de ma main, me clouant au sol.

J'avais peur de finir par me déchirer la peau si je me levais brusquement. La douleur était trop forte pour être supportée. Mais comparée à ce que je ressentais physiquement, la douleur dans mon cœur était encore plus forte.

« Luna Debra, regarde ! » Barbara a ramassé le collier de perles et l'a agité triomphalement devant Luna Debra. « Je t'avais dit que cette salop

e avait volé mon collier ! Elle refusait juste de l'admettre. Comment une esclave comme elle peut-elle posséder un collier aussi cher ? », a-t-elle craché, me regardant avec dédain.

Regardant le collier, Luna Debra a froncé les sourcils et acquiescé.

« Nous lui avons offert un abri, mais elle nous a volés ! Quelle audace ! Elle doit être sévèrement punie », a poursuivi Barbara, essayant de provoquer encore plus Luna Debra.

« Ce collier est à moi ! Mlle Barbara, regarde-le attentivement. Ce n'est pas du tout le tien », ai-je argumenté en me mordant la lèvre inférieure.

« Même si ce n'est pas mon collier, ça ne peut certainement pas être le tien. Puisque tu as perdu mon collier, je vais le prendre comme compensation. » Serrant le collier dans sa main, Barbara m'a donné un coup de pied dans la poitrine, puis a jeté la boîte en bois sur le sol.

« Luna Debra, s'il te plaît, fais quelque chose ! Barbara n'est pas raisonnable », ai-je supplié en me tournant vers Luna Debra, ma dernière lueur d'espoir.

Mais Luna Debra s'est contentée de me fixer avec mépris. « Puisque tu as perdu le collier de Barbara, ne devrais-tu pas la dédommager ? Sois reconnaissante qu'elle ne te tienne pas responsable pour ça », a-t-elle dit d'un ton moqueur.

J'ai serré les dents avec colère. Je me sentais impuissante contre ces deux femmes vicieuses ; je n'avais donc pas d'autre choix que de digérer l'insulte et l'humiliation. Le fait que le collier laissé par ma défunte mère m'était arraché par Barbara m'a presque fait perdre le contrôle. J'aurais vraiment voulu pouvoir déchirer le visage des deux femmes et leur rendre la monnaie de leur pièce.

« Luna Debra, allons-y. La chambre de cette salope est si sale. Elle n'est pas digne de ta présence. » Barbara a tenu le bras de Luna Debra et est partie avec arrogance, les loups-garous les suivant.

« Salope, tu n'auras pas de nourriture pour toute la journée de demain. C'est ce qui va t'arriver pour m'avoir fait chier », a-t-elle ajouté avant de partir.

Demain serait mon dix-huitième anniversaire, mais il s'avérait que j'allais mourir de faim toute la journée. La haine bouillonnait dans mon cœur tandis que je les regardais s'éloigner. « Un jour, je vous ferai payer pour tout ce que vous m'avez fait ! », me suis-je juré de le faire.

Pendant un certain temps, je me suis assise sur le sol, les genoux serrés contre ma poitrine dans la pièce sombre et miteuse. Le vent froid entrait de temps en temps par la fenêtre cassée, me faisant frissonner de la tête aux pieds. Ce n'était pas encore l'hiver, mais le temps était déjà glacial. Resserrant mon vieux tablier autour de mon corps, je me suis finalement levée, j'ai marché jusqu'à la porte et l'ai fermée. La porte ébréchée a grincé en se refermant.

Puis, je me suis retournée, j'ai ramassé la boîte en bois au sol et j'ai essuyé la poussière dessus avec mon tablier. Des larmes ont finalement coulé sur mes joues.

C'était ma défunte mère qui m'avait légué ce collier de perles. Chaque fois qu'elle me manquait, je sortais le collier et me remémorais les moments passés avec elle.

En fait, je n'étais pas née pour être une esclave. Mon père, Lewis Smith, et ma mère, Doris Smith, avaient été l'Alpha et la Luna de la meute Rainbow. J'avais aussi un frère aîné, Jerome Smith. Sous la protection de ma famille, j'ai eu une enfance formidable.

Mais à mes sept ans, ma mère est morte d'une maladie aiguë. On disait qu'un malheur n'arrive jamais seul. Peu de temps après, Beta Arthur et quelques autres traîtres se sont rebellés contre mon père et l'ont assassiné. Mon frère aîné m'a emmenée loin de la meute pour me protéger, mais nous avons été séparés pendant notre fuite.

Après avoir erré seule pendant un moment, je me suis retrouvée à rejoindre la meute Dark River. Bien sûr, je n'avais pas osé leur révéler ma véritable identité. Depuis lors, j'ai lavé des vêtements et cuisiné tous les jours, devenant ainsi une esclave de cette meute.

Plus tard, j'avais appris que Beta Arthur était devenu l'Alpha de la meute Rainbow. Comment un traître pouvait-il devenir l'Alpha ? C'était risible !

Je portais dans mon cœur tous les malheurs et les douleurs que j'avais subis, y compris la trahison de Beta Arthur, la mort injustifiée de mon père, la disparition de mon frère, et la façon dont j'étais insultée et maltraitée chaque jour dans la meute Dark River. Je voulais faire de mon mieux pour devenir plus forte afin de pouvoir me venger.

Comment(s)
Download Book