back
Download App
icon 0
icon TOP UP
rightIcon
icon History
rightIcon
icon Log out
rightIcon
icon Get the APP
rightIcon
Comment(s)
View
Chapters

Chapitre 1
Chapitre 1

POV Ambre

Je ne suis que le résultat d'une prophétie murmurée depuis bien avant ma naissance, depuis bien avant celle de ma mère et celle de ma grand mère même si tout a commencé avec elle.

Une humaine capable de supporter la morsure d'un Loup, suffisamment résistante pour qu'elle puisse contenir un nouvel espoir, une nouvelle force qui la hissera au rang de Reine de tout les Loups. Sa fille prendra la suite et la Louve qui sommeille en elle ne fera qu'amplifier sa force, sa puissance, la préparant ainsi à donner naissance à la dernière partie d'une trilogie dont tous ignoraient qu'elle puisse un jour se réaliser.

Personne ne savait ce que ma naissance impliquerait, personne n'aurait même envisagé que mes pouvoirs appellent les leurs pour qu'enfin ils n'unissent, ils grandissent afin d'être complet. J'étais trop jeune pour comprendre, trop jeune pour voir qu'à cause de moi, ma mère s'affaiblissait un peu plus chaque jour.

Je crois, que contrairement à moi, elle savait ce qui allait arriver et ça depuis que je suis venue au monde, mais elle ne m'a rien dit, ni quand j'ai sentis que ma grand mère que je n'ai jamais connu s'est éteinte, ni même quand elle s'est avérée incapable de quitter son lit tant son corps était devenue faible.

Mon père a tout fait pour l'aider, il a essayé de lui donner autant d'énergie qu'il le pouvait, pour la maintenir en vie tout en sachant pertinemment que c'était entièrement de ma faute. Pourtant, lui aussi ne m'en a jamais voulu, ils m'ont aimé jusqu'à la fin, jusqu'à ce que je les trouve allongé, l'un contre l'autre sans la moindre étincelle de vie.

À ce moment là, du haut de mes dix ans, je ne voyais mes pouvoirs que comme une sorte de monstre capable de tuer ceux qui m'étaient les plus proches. Ma vie a basculé. Ma mère était notre Reine et mon père notre Bêta, la meute les a longuement pleuré, portant le deuil durant des semaines, voir des mois, durant lesquels je me suis renfermée sur moi.

Jordan et Lola m'ont prit sous leur aile, s'occupant de moi comme si j'étais leur propre enfant, malgré ça, malgré leur gentillesse, à chaque fois que Jordan pose les yeux sur moi, je sais qu'il ne fait que voir ma mère et bien qu'il ne le dise pas, il en souffre encore maintenant.

Alors j'ai appris à me faire discrète, n'étant vraiment proche que des jumeaux bien que je le sois bien plus de Lilou qui ne me laisse jamais dernière elle. On a tout partagé ensemble, comme des meilleures amies plus que des cousines. Je l'ai vu avoir son premier coup de cœur alors qu'elle essayait de se faire une place dans l'ombre de Davon. Je l'ai réconforté quand ce Loup lui a brisé le cœur. On s'est entraînée ensemble quand personne ne croyait qu'on était largement aussi capable que les autres de nous battre et de défendre la meute. C'est elle qui m'a sortit de ma coquille, enfin en quelque sorte car je dois dire que même si je suis plus à l'aise avec ce monde qui m'entoure, je continue de rester sur mes gardes.

Beaucoup attendent de moi que je me montre à la hauteur de ma mère et de ma grand mère mais aucun ne comprends que ces pouvoirs qui les ont rendu aussi forte m'effrayent. Je les sens sans m'en servir, ils sont en moi mais je les fuis comme si ils étaient dangereux, nocifs. Et puis, il y a tout les autres, tout ceux qui ont peur, tout ceux qui croient que j'ai beaucoup trop de force. Bien trop pour ne pas être dangereuse. Pour ne pas menacer leur sécurité. Pour risquer de contrarier leurs avenirs.

Je soupire en me laissant tomber sur mon lit. Je n'ai pas vraiment ma place ici, d'ailleurs, je ne suis pas sûr d'avoir ma place où que ce soit. Je ferme les yeux après avoir regardé l'heure. La paix qui règne entre ces murs va bientôt disparaître alors qu'une tornade blonde va débouler dans ma chambre. En fait, elle n'est pas vraiment blonde, c'est plus argenté, un héritage de mon grand père d'après ce que j'ai compris.

Pas loupé, j'ai à peine eu le temps de terminer ma réflexion que déjà, je la sens arriver. Elle entre dans ma chambre sans même prendre le temps de frapper et aussitôt, soupire lourdement en levant les yeux au ciel.

- Non mais c'est pas vrai. T'es pas encore prête ? Dépêches toi un peu où on va finir par être en retard.

- Je sais, je sais. Et si je disais que je suis malade ? Que je me sens vraiment mal au point de ne pas pouvoir quitter le lit ? Dis-je sans même me relever.

- Impossible, personne n'avalerait ça et puis de toute façon on est ensemble. Allez, ça va pas être si terrible que ça tu sais.

- Parles pour toi. C'est moi qu'ils vont tous regarder comme si j'étais un animal sauvage et dangereux.

- N'importe quoi. Ils vont tous voir à quel point tu es devenus belle et forte et je suis sûr que tu vas faire tourner quelques têtes.

- Ouais, si tu le dis.

Je soupire un peu plus avant de me diriger vers mon armoire. Je déteste ça, ces réunions entre Alphas qui les fait tous venir ici avec leurs Lunas et leurs Bêtas. Trop d'étrangers pour lesquels je ne suis qu'une bête de foire, trop de regards qui sont loin de tous me vouloir du bien. Mais Lilou s'approche de moi et vient poser son bras par dessus mon épaule en me secouant doucement.

-

Je vais t'aider à choisir une robe, dit-elle trop enjouée à mon goût.

- Sérieux ? Une robe ?

- Tu crois que je vais être la seule à me promener dans cette tenue ?

- On est des Louves Lilou, on devrait porter ce qu'on veut et surtout un truc plus confortable que ça.

- Et tu porteras ce que tu veux après, répond t-elle en tirant une robe de mon armoire. Bingo, s'écrie t-elle.

- Hors de question. Je porte pas ça, dis-je en tendant mon doigt vers le morceau de tissus bleu nuit qu'elle tient devant moi comme un trophée.

- Comme si j'allais te laisser le choix, conclu t-elle dans un sourire qui en dit long.

Je lève les yeux au ciel, elle a raison et je ne compte même pas essayer de me battre. Je file dans la salle de bain et enfile la robe alors qu'elle continue de me parler à travers la porte.

- Je sais que tu n'aimes pas ce genre d'événement, mais je t'avoue que je suis assez curieuse de savoir qui a prit la tête de la meute de mon grand-père.

Jordan est resté discret à ce sujet bien que je sois rarement dans les confidences. Même Lola ne m'a rien dit et ça alors que je suis bien plus proche d'elle. Je crois que c'est parce qu'elle me voit comme une personne à part entière et pas uniquement comme la fille de mes parents. Quand ils sont morts et que j'ai emménagé ici, elle est restée longuement avec moi, surtout les nuits, quand je me réveillais en nage alors que je voyais leurs visages souriant mais sans vie. Elle me rassurait, me parlait, me racontait des histoires jusqu'à ce que Lilou vienne nous rejoindre et qu'on finisse par s'endormir. Bien sûr, le matin elle n'était plus là, mais Lilou, elle l'était toujours. Alors je me dis, qu'elle a probablement gardé le silence pour une bonne raison.

Je sais que Lilou a hâte de voir qui a succédé à Kyle partie pour une retraite bien mérité avec sa Luna, mais moi, je dois dire que je m'en fiche royalement. Il ne sera qu'un Loup de plus avec qui Jordan continuera d'entretenir de bonnes relations pour le bien être de tous. Car si j'ai bien appris une chose au long de ma courte vie, c'est qu'il souhaite plus que tout maintenir la paix.

Face au miroir j'ai du mal à reconnaître mon reflet. Dans cette robe j'ai l'impression de faire un peu plus vielle que mon âge. J'essaye de remonter le tissus qui à mon goût révèle un peu trop ma poitrine pendant que Lilou entre sans me demander si j'ai terminé.

- T'es canon Ambre, vraiment canon, dit-elle en me souriant.

Je suis pas sûr, je ne suis pas à l'aise. J'ai l'aire d'une femme ce que je ne suis pas, du moins pas encore même si mon corps laisse suggérer le contraire. Ce décolleté, la manière dont le tissus moule un peu trop mes formes alors que le tissus s'arrête juste au dessus de mes genoux. Depuis quand on a besoin de porter ça pour une putain de réunion d'Alphas? Mais en la voyant derrière moi, j'avoue qu'elle est magnifique et qu'elle non plus ne fait pas son âge dans cette tenue. Sa robe sombre la met vraiment en valeur et contraste avec la couleur argenté de ces cheveux, j'imagine déjà la tête de Davon quand il la verra ainsi. Et rien que ça, ça vaut le détour.

Car si Lilou et moi sommes très proches, avec Davon s'est un peu différent, il pense que j'empiète sur sa vie, sur sa famille. C'est probablement son côté Alpha qui le fait penser de la sorte mais c'est suffisant pour qu'on se retrouve rarement dans la même pièce lui et moi.

Ça va déjà être assez pénible comme ça, autant en tirer un peu de plaisir. Je lui souris à mon tour et me tourne vers elle alors qu'elle replace mes longs cheveux brun correctement.

- Alors prête pour allez à cette réunion très chiante.

- Tu sais bien que ça n'est pas qu'une réunion. On va bien manger, s'amuser un peu et qui sait, peut être plus, dit-elle en accompagnant ces paroles d'un clin d’œil.

- Je passe mon tour en ce qui concerne la dernière partie de tes plans, mais je veux voir la tête de Davon quand ils vont essayer de te draguer.

- T'es pas cool avec lui. Vous devriez parler tu sais.

- J'y penserais oui, un jour peut être, en attendant, chacun s'amuse comme il le peut, dis-je en la poussant hors de la salle de bain. Si on y va pas maintenant, ta mère ne va pas tarder à arriver et là, on va passer un sale quart d'heure, toutes les deux.

- M'en parles pas, elle est un peu à cran en ce moment.

Je sais, ça aussi je l'ai remarqué. J'ai entendu les éclats de voix dans le couloir alors qu'elle et mon oncle se disputaient. Je n'ai pas voulu en savoir plus, tout les couples ont leurs problèmes et ça ne me regarde pas, mais je sais que Lola est perturbée, qu'elle est sur les nerfs, sur la défensive depuis quelques jours, voir quelques semaines.

Nous sortons de ma chambre pour tomber sur Davon qui nous observe de la tête au pied avec une expression étrange sur le visage.

- On avait dit classe la tenue, j'ai pas l'impression qu'on est la même définition de classe, déclare t-il en soupirant.

- Hé, tu te fous de moi, dit Lilou en levant un doigt menaçant vers lui. On est magnifique, toutes les deux et très classe alors fais gaffe à ce que tu dis !

- OK OK, c'est toi qui voit. Bon allons y avant que les parents piquent une crise.

Comment(s)
Download Book